une corde, un bout de bois et 3 hommes

La musique, ce ne sont pas des tonalités et des sons (naghamat), a dit Samir Joubran hier soir, à El Jadida-Maroc, dans son arabe pur où chaque mot à sa place, la musique c’est le silence entre eux.
Les trois frères fusionnaient avec leurs luths, comme s’il s’agissait d’êtres animés qu’ils enveloppaient de leurs bras, ou de chevaux qu’ils montaient au rythme de leurs respirations, des décharges d’affection faisant le va-et-vient entre l’instrument et l’homme.
Ils habitent ma tête désormais

http://www.youtube.com/watch?v=xJU81Y2Y7pUhttp://www.youtube.com/watch?v=67XwW-aw5UQ

http://www.youtube.com/watch?v=cNCC2fk_9cswordpress.com

letriojoubran.com

Publicités

3 réflexions au sujet de « une corde, un bout de bois et 3 hommes »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s